Recette 5 : Faire la Différence

Dans les grands groupes, on va être amené à changer de position, plus ou moins souvent.  La majorité d’entre nous (enfin d’entre ceux qui lisent ce blog) espère que la performance dans notre position actuelle va être déterminante pour une future promotion, un prochain poste et plus généralement va faire partie d’une progression de carrière globale.

Cependant, pour mettre les chances de son côté et s’assurer de faire partie de la cohorte des promotions, il y a une chose qu’il faut absolument réussir, c’est faire la différence.

La suite ici

Couples au travail? Possible?

Comme environ 30 % des gens, j’ai rencontré mon mari au travail… sauf que notre travail était sur plateforme pétrolière au Nigeria. La première fois que je l’ai vu, j’étais coiffée d’un casque de travail et de bottes de sécurité aux pieds. Le romantisme absolu.

La suite ici

Quotas? … ou pas?

Cette semaine, je voudrais vous parler des quotas et pourquoi je suis en faveur d’en avoir… Désolée de casser le suspense dès la première ligne, mais ce que je voudrai à travers cet article, c’est d’avoir votre opinion sur ce sujet très controversé.

Vous trouverez l’article ici

Lire la suite → Quotas? … ou pas?

Où sont passées les femmes en informatique?

Les femmes étaient pionnières de l’informatique mais c’est en 1984 qu’on observe une chute progressive de cette féminisation.

La raison ? L’arrivée des ordinateurs personnels dans les foyers.

Je vous explique tout ca dans mon nouvel article, que vous trouverez ici:

Qu’est-ce que ça fait d’être une femme travaillant dans une profession à prédominance masculine ?

J’ai travaillé toute ma vie dans des milieux très masculins. J’ai commencé ma carrière sur une plateforme pétrolière en pleine mer, au Nigeria (Je raconte ces aventures d’il y a 30 ans sur mon blog. www.lapetroleuse.com . Puis j’ai continué toujours dans le monde du pétrole. Pionnière, seule femme, mais j’ai vu les femmes arriver au cours des années . Et maintenant je suis dans le ciment. Pas beaucoup mieux !
Ça n’a pas toujours été facile. Je crois que le plus dur au début était d’être seule femme.. Vraiment seule. Pas seulement au travail, mais aussi le soir, avec aucune autre présence féminine et pas de moyen de communication pour parler aux copines/familles (il y a 30 ans, pas d’internet ou autre moyens de communication !).
Au niveau de travail, j’ai eu le droit à des tests, des épisodes de sexisme ordinaire réguliers.. etc. Dans ce cas, il faut faire front. Avoir confiance en soi et avoir des supporters sur qui s’appuyer aide, mais une bonne dose d’humour est indispensable ! La manière la plus efficace qui existe pour dédramatiser une situation. Mais j’avais aussi beaucoup d’avantages. Par exemple sur un rig, il y a 80 hommes. Ils étaient toujours prêts à m’aider même quand je ne demandais rien. Mais aussi, quand on va voir un client qui ne s’attend pas à voir une femme, et encore moins une qui sache de quoi elle parle, on le déstabilise suffisamment pour obtenir de bon deals.
Ensuite, concernant la carrière elle-même et comment évoluer dans le groupe. De nouveau cela n’a pas été facile, mais je ne suis pas sure que cela soit pire qu’ailleurs. Dans le monde du pétrole, les relations sont très frontales, de manière générale. Quand on affronte du sexisme, on sait ce qu’on affronte et on peut le combattre. Je préfère cela de loin à des ambiances plus feutrées mais où les couteaux se plantent dans le dos !

Quels sacrifices les femmes en leadership, surtout dans les domaines de la technologie, ont-elles dû faire pour réussir leur carrière ?

J’ai mis du temps à réfléchir à cette question pour arriver à la conclusion que je n’ai pas sacrifié grand-chose.
Tout d’abord parce que j’ai adoré ma carrière jusqu’à présent et les postes que j’ai occupés – donc les longues heures passées au travail n’ont jamais été des sacrifices.
Ensuite, parce-que je ne pense pas du tout qu’on sacrifie ses enfants à la carrière – on peut très bien mener les 2 de front, sans que l’un ou l’autre en pâtissent. J’ai même écrit un article sur le sujet ici : https://lapetroleuse.com/2018/05…

Par contre, de temps en temps, il faut sauter du train… On avance dans la vie comme dans un train à grande vitesse. On est tellement occupés avec nos tâches de tous les jours qu’on en oublie de se poser la question « Suis-je heureuse ? Est-ce vraiment la vie que je veux ? »
Donc de temps en temps, on s’arrête en gare et on réfléchit, à la vie, ce qu’on veut vraiment, ce qui nous motive. Et on fait ça quand tout va bien, pas au moment de la crise, il est trop tard.
J’essaye de faire un point régulier et j’ai fait de grands changements dans ma vie à la suite de ces points. Grâce à ça, j’ai jusqu’à présent réussi à garder un équilibre vie privée/pro qui me satisfait sans avoir eu à faire de sacrifice.

À quoi ressemble le cheminement de carrière d’une femme dans le domaine de la technologie, en particulier dans les postes de direction ?

Je n’ai pas l’impression que ma carrière ait été très différente de celle d’un homme vu de l’exterieur. Vu de l’intérieur, c’est une autre histoire. Tout d’abord, il faut se “voir” manager. Beaucoup de femmes ont assez peu de confiance en elles et ne vont pas se mettre en avant pour les promotions. Ou pire, vont refuser des opportunités quand elles se présentent. J’ai rencontré beaucoup de femmes qui l’avaient fait.. mais aucun homme jusqu’à présent.

Donc les femmes ont pour beaucoup un vrai travail à faire sur elles mêmes.

Ensuite, il va falloir gérer la pression societale de mener une carrière tout en ayant des enfants. (Voir l’article que j’ai écrit sur le sujet : Enfant ou carrière, il faut choisir… ou non – La Petroleuse)

Il va peut-être falloir gérer le fait d’avoir une meilleure carrière que son partenaire. Heureusement de plus en plus d’hommes l’acceptent mais j’ai rencontré des femmes pour qui c’etait compliqué..

Une fois que tout cela est réglé, on peut s’occuper de son boulot. Déjà, on est légitime. Sinon on ne serait pas là! Donc rien à prouver. A personne. Juste faire son boulot le mieux possible. Ensuite, on va certainement être confrontée au biais inconscient. La, ça dépend trop du biais pour donner des règles générales. Mais une bonne dose s’humour généralement aide bien. Et pas de paranoïa. Ne pas prendre systématiquement les attaques au boulot pour des attaques personnelles. Toujours penser jusqu’à preuve du contraire que la personne est bienveillante et veut le bien de la société. Bien sûr, une fois que le contraire est prouvé, ne pas hésiter à sortir les dents.

Sinon, savoir qu’on va être certainement plutôt seule. Seule femme de la réunion, du projet.. etc. Et s’armer pour cela.